Regards sur l'architecture et l'aménagement en Bourgogne-Franche-Comté 2018
drac caue-39-jura caue-70-haute-saone caue-25-doubs
Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement
 RSS
Imprimet

Le chalet d'alpage

Chalet, loge, grange, fruitière :

des réalités différentes sous un même nom, des réalités similaires sous des noms différents...

 

La loge signale un usage monofamilial, le chalet (anciennement chalais) un usage de grande montagne (regroupement de troupeaux sous la garde d’un berger), la loge est l'estive des populations de l’intérieur du massif qui ont de petits troupeaux et mettent ou non en commun leur lait, la grange d’été signale un usage de stockage du foin uniquement, et le mot fruitière désigne à la fois l’atelier où se fait le fromage (chalet d’alpage, fruitière de village selon les époques et les lieux) et la forme très ancienne de regroupement des familles qui mettaient en commun leur lait. Il désigne donc souvent le chalet d’alpage, puisque dans les villages, le fruitier se déplaçait dans les maisons et faisait le fromage successivement dans chaque famille, jusqu’à la construction (tardive) des fruitières de village.

 

 

 

Dans sa partie française, le domaine des alpages jurassiens s’étire sur une centaine de kilomètres, de Pontarlier au Nord à Bellegarde-sur-Valserine au Sud. Il court sur trois départements (Doubs, Jura, Ain) et deux régions (Franche-Comté et Rhône-Alpes).

 

Les alpages se répartissent sur quatre secteurs principaux :

- le Mont de l’Herba,

- le Risoux,

- le Massacre,

- la Haute-Chaîne du Jura

 

Un petit secteur se distingue, sous forme d’enclave dans le territoire suisse au niveau de Bois d’Amont : les Petits Plats.

 

Les chalets s’implantent tous au dessus de 1100 m d’altitude, les alpages culminant à 1461 m au Mont d’Or, 1677 m à la Dole, 1720 m au Crêt de la Neige.

 

 

Description :

Evolutions, adaptations

  • Un chalet agrandi 2 fois

A l’origine, il était probablement à 4 pans. Une première transformation, la plus importante, ajoute des écuries pour 32 bêtes et crée un étage pour des chambres : le chalet prend alors l’allure d’une ferme à 2 pans avec demi-croupes sur la partie habitation. Puis une dernière travée pour 16 bêtes, conçue comme un boiton, a été construite en continuité des écuries.

Ici, on fromage à nouveau depuis 1999 : en continuité avec la tradition du lieu, des hommes et une quarantaine de vaches laitières viennent de la Suisse toute proche.

 

           

Illustration 56.

Illustration 57.



 

Illustration 58. Evolution du chalet de son état initial à son extension

 

 

  • Un chalet à 2 travées :

L’alpage communal de Vesancy dans l’Ain : montaient là les troupeaux modestes de tous les éleveurs du village, soit une vingtaine de laitières. Le gardien des lieux passait fabriquait là-haut beurre et tommes et cultivait un potager.

 

      

Illustration 59.

 

Il comprend :

• cuisine tué + laitier et cave regroupés au nord-ouest.

Au regard des ouvertures, on peut penser que la cave était implantée, à l’origine, dans l’angle sud-est.

• une étable.

A l’étage : traces d’une ancienne chambre contre le tué, accessible par un escalier existant.

 

 

Illustration 60.

 


  • Le Grand chalet et La Vieille Fruitière

Dans une combe ouverte au milieu de la forêt, le site comprend 2 éléments :

 

. Le Grand Chalet

Organisé sur un plan carré, couvert par une toiture à 4 pans, il semble avoir été construit pour deux familles : 2 cheminées, 2 ensembles porte + fenêtre.

 

 

Illustration 61.

 

. La Fromagerie

Elle comportait 3 caves, une pièce à vivre, la fromagerie et une chambre close à l’étage.

 

    

Illustration 62.

 

 


Déclinaisons départementales :

25 - Doubs
39 - Jura
Recherche
Nuage de tags
CAUECollectivité territorialeCULTUREConseil aux particuliersCadre de vie
CAUE
© 2013-2018 CAUE Franche-Comté • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias Agence Web