Regards sur l'architecture et l'aménagement en Bourgogne-Franche-Comté 2018
drac caue-39-jura caue-70-haute-saone caue-25-doubs
Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement
 RSS
Imprimet

Le chalet d'alpage

Chalet, loge, grange, fruitière :

des réalités différentes sous un même nom, des réalités similaires sous des noms différents...

 

La loge signale un usage monofamilial, le chalet (anciennement chalais) un usage de grande montagne (regroupement de troupeaux sous la garde d’un berger), la loge est l'estive des populations de l’intérieur du massif qui ont de petits troupeaux et mettent ou non en commun leur lait, la grange d’été signale un usage de stockage du foin uniquement, et le mot fruitière désigne à la fois l’atelier où se fait le fromage (chalet d’alpage, fruitière de village selon les époques et les lieux) et la forme très ancienne de regroupement des familles qui mettaient en commun leur lait. Il désigne donc souvent le chalet d’alpage, puisque dans les villages, le fruitier se déplaçait dans les maisons et faisait le fromage successivement dans chaque famille, jusqu’à la construction (tardive) des fruitières de village.

 

 

 

Dans sa partie française, le domaine des alpages jurassiens s’étire sur une centaine de kilomètres, de Pontarlier au Nord à Bellegarde-sur-Valserine au Sud. Il court sur trois départements (Doubs, Jura, Ain) et deux régions (Franche-Comté et Rhône-Alpes).

 

Les alpages se répartissent sur quatre secteurs principaux :

- le Mont de l’Herba,

- le Risoux,

- le Massacre,

- la Haute-Chaîne du Jura

 

Un petit secteur se distingue, sous forme d’enclave dans le territoire suisse au niveau de Bois d’Amont : les Petits Plats.

 

Les chalets s’implantent tous au dessus de 1100 m d’altitude, les alpages culminant à 1461 m au Mont d’Or, 1677 m à la Dole, 1720 m au Crêt de la Neige.

 

 

Description :

Toitures

Les toitures sont un élément essentiel de survie et de réponse aux contraintes du site :

- l'été, la toiture permet de récupérer l'eau de pluie,

- l'hiver, elle contribue à la bonne hibernation des chalets.

 

  • Deux typologies de toitures :

 

La toiture à faîte allongé, deux pans avec ou sans croupe.

En pignon, le débord est nul à très faible et surles façades longues, il est de l’ordre de 30 cm.

 

   

Illustration 31.

 

 

La toiture à 4 pans est une « toiture capuchon » destinée à protéger les façades des intempéries : quelle que soit sa pente, elle descend très bas et présente un débord de toiture d’une trentaine de centimètres qui permet de rejeter la neige et la pluie loin des façades.

Les variations de pente ont une incidence sur le comportement de la neige : une forte pente dégage la toiture en faisant glisser la neige au sol, c’est le modèle de la ferme des plateaux ; une pente faible permet au contraire de la conserver et d’enfouir le chalet sous une couche de neige qui le protègera des vents dominants.

 

         

Ilustrations 32,33.

 

  • Les avant-toits

Un avant-toit peut se développer le long de la façade principale, quel que soit le type de toiture. L'été, c'est une protection contre les intempéries, et l'hiver contre une dégradation des menuiseries par la neige. Supportés par un poutrage spécifique, ou aménagés en portique de bois brut reposant sur des socles de pierre, leur indépendance à la charpente permet de supposer qu'ils correspondent à un aménagement ultérieur à la construction des chalets.

 

 

Illustration 34.

 

 

  • Les chéneaux

Ils sont un élément primordial dans la vie de l'alpage : ce sont eux qui récupèrent et conduisent l'eau de pluie ou de fonte des neiges du toit vers la citerne, seule source d'eau de l'habitat d'alpage. Les chéneaux d'origine constitués d'un tronc d'épicéa creusé sont devenus rares.

 

      

Illustrations 35, 36.

 

  • La cheminée

Implantée dans la cuisine, qu'elle soit centrale ou adossée au mur de l'écurie, elle reprend les caractéristiques du tué de la ferme de montagne : un conduit en bois, reposant sur deux traverses, se rétrécissant vers le haut comme une pyramide. En toiture, la souche est protégée par des lames de bois ou de la tôle galvanisée.

 

         

 

   

Illustrations 37, 38, 39.

 

 

  • Les variations de pente ont une incidence sur le comportement de la neige et sont inspirées des formes de l'habitat rural : une forte pente dégage la toiture en faisant glisser la neige au  sol, c'est le modèle de la ferme des plateaux ; une pente faible permet au contraire de la conserver et d'enfouir le chalet sous une couche de neige qui le protègera des vents dominants.

Déclinaisons départementales :

25 - Doubs
39 - Jura
Recherche
Nuage de tags
Conseil aux particuliersCULTURECollectivité territorialeCadre de vieCAUE
CAUE
© 2013-2018 CAUE Franche-Comté • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias Agence Web