Regards sur l'architecture et l'aménagement en Bourgogne-Franche-Comté 2018
drac caue-39-jura caue-70-haute-saone caue-25-doubs
Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement
 RSS
La typologie du bâti >> L'habitat avant le XXe siècle >> La maison de polyculture >> La ferme bloc à trois travées de volume simple
Imprimet

La ferme bloc à trois travées de volume simple

Cette maison paysanne est la plus répandue en Franche-Comté. Elle se caractérise par trois travées perpendiculaires au mur gouttereau, lisibles en façade par la typologie des ouvertures : la porte et les fenêtres d’habitation, la porte de grange et la porte d’écurie. Le volume, de base rectangulaire, n'est ni évidé, ni agrémenté d'ajouts.

Description :

Evolutions, adaptations

L’ensemble des activités agricoles occupe la plus grande partie de la ferme qui est avant tout un outil de travail. Cette notion est importante pour comprendre la constante évolution des fermes en fonction du site, du type de production, du développement de l’exploitation et de la modification des pratiques agricoles.

La variété des formes ainsi produites au cours de l’histoire est une richesse du territoire et illustre la notion de patrimoine en mouvement.

 

La ferme double

Il s'agit généralement de fermes ou d'extensions construites par des membres d’une même famille, chacune des fermes présentant le même nombre de travées.

Regroupées dans le même volume, la grange, l’écurie et l’habitation sont doublées selon un axe de symétrie qui peut être :

- en façade gouttereau. Le bâtiment est alors très long, l’ensemble des fonctions se succédant.

 

Illustration 45.

 

- en pignon. Le bâtiment est trapu, chaque façade gouttereau opposée présente l’ensemble des fonctions, l’habitation présentant des ouvertures en pignon.

 

  Illustration 46.

 

 

La ferme à 2 ou 4 travées

La ferme de polyculture de volume simple peut ne présenter que 2 travées pour des économies de moyens et/ou dans le cas d’une activité vivrière d’ouvrier agricole. La travée agricole se divise alors en deux parties : une écurie généralement située en fond de travée, et la grange accessible depuis la cour. Parfois, l’écurie est accessible par le pignon.

 

     

Illustrations 47,48.

 

La ferme de polyculture peut également présenter une travée agricole supplémentaire dans le cas d’une extension, ou d’une activité dominante et prospère d’élevage comme dans le cas de la maison pastorale à galerie ou en gouttereau.

 

  Illustration 49.

 

Haut

 

La ferme à habitation dominante

Elle présente une habitation qui se développe sur plusieurs travées, traduisant la richesse de la production.  

Pour affirmer un certain statut social, l’habitat peut emprunter le vocabulaire de la maison bourgeoise : une symétrie de la composition, une porte-fenêtre avec balcon dans l’axe de la porte d’entrée, une ou des tourelles, un toit à 4 pans, des corniches en pierre de taille...

L’habitation est toujours accessible en premier depuis la rue, les travées d’exploitation étant rejetées à l’arrière.

 

La richesse de la production céréalière qui a commencé au temps des romains se traduit en particulier dans le Finage et la Bresse pour le département du Jura.

 

      

Illustrations 50,51 .

 

La ferme de polyculture en pignon

En-dehors du cas précis de la ferme pastorale du Haut-Doubs, la ferme de polyculture en pignon ne correspond pas à une typologie particulière, mais plutôt à une variation de modèles imposée par le relief.

Cette ferme présente tout ou partie de ses ouvertures en pignon.

 

       

Illustrations 52,53.



Déclinaisons départementales :

25 - Doubs
39 - Jura
70 - Haute-Saône
Recherche
Nuage de tags
CAUECadre de vieCULTUREConseil aux particuliersCollectivité territoriale
CAUE
© 2013-2018 CAUE Franche-Comté • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias Agence Web