Regards sur l'architecture et l'aménagement en Bourgogne-Franche-Comté 2018
drac caue-39-jura caue-70-haute-saone caue-25-doubs
Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement
 RSS
Imprimet

Le chalet d'alpage

Chalet, loge, grange, fruitière :

des réalités différentes sous un même nom, des réalités similaires sous des noms différents...

 

La loge signale un usage monofamilial, le chalet (anciennement chalais) un usage de grande montagne (regroupement de troupeaux sous la garde d’un berger), la loge est l'estive des populations de l’intérieur du massif qui ont de petits troupeaux et mettent ou non en commun leur lait, la grange d’été signale un usage de stockage du foin uniquement, et le mot fruitière désigne à la fois l’atelier où se fait le fromage (chalet d’alpage, fruitière de village selon les époques et les lieux) et la forme très ancienne de regroupement des familles qui mettaient en commun leur lait. Il désigne donc souvent le chalet d’alpage, puisque dans les villages, le fruitier se déplaçait dans les maisons et faisait le fromage successivement dans chaque famille, jusqu’à la construction (tardive) des fruitières de village.

 

 

 

Dans sa partie française, le domaine des alpages jurassiens s’étire sur une centaine de kilomètres, de Pontarlier au Nord à Bellegarde-sur-Valserine au Sud. Il court sur trois départements (Doubs, Jura, Ain) et deux régions (Franche-Comté et Rhône-Alpes).

 

Les alpages se répartissent sur quatre secteurs principaux :

- le Mont de l’Herba,

- le Risoux,

- le Massacre,

- la Haute-Chaîne du Jura

 

Un petit secteur se distingue, sous forme d’enclave dans le territoire suisse au niveau de Bois d’Amont : les Petits Plats.

 

Les chalets s’implantent tous au dessus de 1100 m d’altitude, les alpages culminant à 1461 m au Mont d’Or, 1677 m à la Dole, 1720 m au Crêt de la Neige.

 

 

Description :

Variantes

  • La loge est l'estive des populations de l’intérieur du massif, qui ont de petits troupeaux et mettent ou non en commun leur lait.

Située à proximité de la ferme permanente, juste quelques centaines de mètres plus haut, cette maison liée à un pâturage modeste accueille la famille pendant l’été.

Construite dès le départ pour cet usage, la loge est reconnaissable : petite, pas de stockage de foin, souvent à ossature bois, même si l’ossature est rarement visible de l’extérieur.

C’est un habitat minimum composé d’une écurie, d’une cuisine avec cheminée et d’une chambre chauffée par un poêle. Les vaches et les hommes ont la plupart du temps une entrée différenciée.

La traite se fait sur place dans l’écurie, le lait est porté chaque jour à la fromagerie organisée en coopérative.

Un bardage en tavaillons vient généralement protéger les pignons de ces constructions couvertes par un toit à 2 pans.

 

     

Illustrations 51, 52.

 

Les loges peuvent aussi désigner d’anciens chalets repris par une famille et être d’une typologie similaire aux chalets du secteur (le cas par exemple des loges au-dessus de la Marténi).

Vers Lajoux, des fermes d’hiver jointes à des fermes d’été sont désignées sous le nom de loges, reconnaissables de par leur typologie : de petits édifices avec levée de granges et des zones de culture épierrées à proximité immédiate. La ferme d’hiver a une plus grande capacité de stockage du foin.

Certaines de ces fermes d’été ont ensuite été utilisées comme alpage par des familles, elles ont alors pris le nom de loges. Il était fréquent que ces fermes d’été soient habitées par quelques membres de la famille une partie de l’hiver, voire tout l’hiver.

 

  • La ferme d'été apparaît sous la pression démographique du XVIIIème siècle et le succès des fromages qui provoquent la construction de fermes semi-permanentes.

Habitée de mai à décembre, elle dispose d’un fenil pour le stockage du fourrage. Elle est liée exclusivement à des remues familiales.

Dans le Massacre et le Risoux, ces fermes se situent à proximité des villages et des fruitières, le lait est alors descendu quotidiennement.

Dans le secteur du Mont d’Or, plus isolées, elles comportent aussi une pièce à fromager.

 

   

Illustration 53.

 

La ferme d’été se caractérise par une grange haute, une allée de grange centrale et une implantation dans un domaine pâturé.

 

Elle présente des éléments :

- de la ferme avec une typologie sur 3 travées : l'habitation, l'allée de grange et l'écurie surplombée par la grange

- du chalet d'alpage avec une chambre haute cloisonnée de bois à l'étage mais ouverte sur la façade longue, une citerne, une pièce à fromager, une cave et un laitier.

Haut

  • La grange d’été

Elle signale un usage de stockage du foin uniquement. Sauf que certains chalets ou loges ont été transformés en granges et ont donc pris cette dénomination...

 

   

Illustration 54. Grange d'été à Bois d'Amont   

 

  • La fruitière désigne à la fois l’atelier où se fait le fromage (chalet d’alpage, fruitière de village selon les époques et les lieux), mais aussi la forme très ancienne de regroupement des familles qui mettaient en commun leur lait. Il désigne donc souvent le chalet d’alpage, puisque dans les villages, le fruitier se déplaçait dans les maisons et faisait le fromage successivement dans chaque famille, jusqu’à la construction (tardive) des fruitières de village.

Sur la commune de Bois d’Amont, le nom du lieu-dit « Plan de la Fruitière » et la typologie du bâti laissent à penser que l’on fromageait.

 

   

Illustration 55. Fruitière à Bois d'Amont



Déclinaisons départementales :

25 - Doubs
39 - Jura
Recherche
Nuage de tags
Collectivité territorialeConseil aux particuliersCULTURECadre de vieCAUE
CAUE
© 2013-2018 CAUE Franche-Comté • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias Agence Web