Regards sur l'architecture et l'aménagement en Bourgogne-Franche-Comté 2018
drac caue-39-jura caue-70-haute-saone caue-25-doubs
Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement
 RSS
Imprimet

Le chalet d'alpage

Chalet, loge, grange, fruitière :

des réalités différentes sous un même nom, des réalités similaires sous des noms différents...

 

La loge signale un usage monofamilial, le chalet (anciennement chalais) un usage de grande montagne (regroupement de troupeaux sous la garde d’un berger), la loge est l'estive des populations de l’intérieur du massif qui ont de petits troupeaux et mettent ou non en commun leur lait, la grange d’été signale un usage de stockage du foin uniquement, et le mot fruitière désigne à la fois l’atelier où se fait le fromage (chalet d’alpage, fruitière de village selon les époques et les lieux) et la forme très ancienne de regroupement des familles qui mettaient en commun leur lait. Il désigne donc souvent le chalet d’alpage, puisque dans les villages, le fruitier se déplaçait dans les maisons et faisait le fromage successivement dans chaque famille, jusqu’à la construction (tardive) des fruitières de village.

 

 

 

Dans sa partie française, le domaine des alpages jurassiens s’étire sur une centaine de kilomètres, de Pontarlier au Nord à Bellegarde-sur-Valserine au Sud. Il court sur trois départements (Doubs, Jura, Ain) et deux régions (Franche-Comté et Rhône-Alpes).

 

Les alpages se répartissent sur quatre secteurs principaux :

- le Mont de l’Herba,

- le Risoux,

- le Massacre,

- la Haute-Chaîne du Jura

 

Un petit secteur se distingue, sous forme d’enclave dans le territoire suisse au niveau de Bois d’Amont : les Petits Plats.

 

Les chalets s’implantent tous au dessus de 1100 m d’altitude, les alpages culminant à 1461 m au Mont d’Or, 1677 m à la Dole, 1720 m au Crêt de la Neige.

 

 

Description :

Déclinaisons départementales :

25 - Doubs
39 - Jura

Les loges des Petits-Plats

Au-dessus de Bois d’Amont, de part et d’autre de la frontière, de petites parcelles délimitées par des
murets de pierres sèches sont ponctuées de loges dont les plus anciennes remontent au début du XVIIIe
siècle. Certaines auraient alors été habitées en permanence et disposaient d’un four à pain et d’une
grange haute pour le fourrage d’hiver.

S’agit-il d’un habitat lié au défrichement ? L’organisation parcellaire en bandes pourrait étayer cette hypothèse. L’ancienne frontière de 1648 est soulignée d’un muret. En échange du passage du Col de la Faucille, stratégique depuis le pays de Gex , la France a négocié la quasi-totalité des alpages en 1862. Depuis, seule une enclave au lieu-dit «Les Petits Plats» est restée française, elle était bornée aux angles par les fruitières.

 

 

     

Cliquez sur les photos pour agrandir et les voir toutes (1 photos)

Recherche
Nuage de tags
CAUECULTUREConseil aux particuliersCollectivité territorialeCadre de vie
CAUE
© 2013-2018 CAUE Franche-Comté • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias Agence Web