Regards sur l'architecture et l'aménagement en Bourgogne-Franche-Comté 2018
drac caue-39-jura caue-70-haute-saone caue-25-doubs
Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement
 RSS
Imprimet

La pastorale à galerie

 

La pastorale à galerie se situe principalement sur les plateaux entre 600 et 800 m d’altitude, où l’activité agricole privilégie l’élevage laitier et où les conditions climatiques rudes et l’hiver long obligent à abriter l’essentiel des récoltes et du matériel dans la ferme-bloc.

 

 

Les percements des trois travées s’ouvrent sur la façade en gouttereau, précédée d’une galerie abritée en bois, appelée souleret sur laquelle il est fréquent de stocker le bois de chauffage.

 

 

Ce modèle se trouve, pour le Jura, dans le secteur des Plateaux en général, entre Nozeroy, Champagnole et Salins-les-Bains et pour le Doubs, entre Levier et Pontarlier.

 

Description :

Volumétrie générale

 

La ferme à galerie présente un volume simple, destiné à abriter les hommes, les animaux et les récoltes dans une région au climat rude. L’ensemble, couvert par une toiture unique, à deux pans symétriques, est construit sur un plan proche du carré d’au moins 400 m² au sol. Ces fermes témoignent d’une agriculture prospère, basée sur l’élevage laitier. Le volume est très important pour répondre aux besoins de stockage de fourrage, abrité dans la grange sous le toit ; il comporte également un logement plus vaste que les fermes de polyculture. 

Dans le paysage bâti, chaque volume de ferme est indépendant, impression renforcée par les demi-croupes achevant les toitures aux pentes les plus fortes.     

 

          

Illustrations 27 à 29.

 

Ce toit déborde largement en gouttereau pour constituer un avant-toit à l’abri duquel on peut circuler. Il abrite également les galeries sur lesquelles sont entreposées les réserves de bois de chauffage.

 

C’est une ferme pastorale en gouttereau : les portes des deux écuries encadrent la porte de grange en façade côté rue. La partie habitation est souvent plus profonde que les travées agricoles d’un mètre et demi à deux mètres et déborde du mur de façade agricole. C’est dans cet espace entre les deux murs de façade qu’est construite la galerie.  

 

 

Illustration 30.

 


Souvent aménagé entre la travée du logement et un mur pignon débordant, l’espace de la galerie est protégé de la pluie et du vent. Les percements sont abrités par la galerie : les portes d’écurie et de grange sont en retrait et la porte du logement se trouve dans le retour.

 

 

Illustration 31.

 

Les travées agricoles occupent la majeure partie du bâtiment, une remise à matériel peut compléter les deux étables et l’allée de grange et constituer une cinquième travée. Les étables se situent de part et d’autre de l’allée de grange, le foin est distribué depuis la grange à travers une cloison en bois percée de guichets.

 

 

Illustration 32.

 

L’allée de grange a d’autres usages :

- rangement du matériel,

- aire de battage à la fin des récoltes.

Les récoltes sont stockées dans la grange aménagée dans les combles, composée de différents plateaux, au-dessus de l’allée et des étables.

 

 

Illustration 33.

 

Le logement est vaste, il se développe sur deux niveaux et se compose de trois à quatre pièces en enfilade au rez-de-chaussée, commandées par la cuisine à l’entrée. Les chambres de l’étage étaient destinées à la famille ou à la main d’œuvre agricole.

 

      

                                

Illustration 34.

Plan-type de l'étage (ci-contre en haut)

et du rez-de-chaussée (ci-contre en bas)

 

 

 

 

 

 

Illustration 35. Façade de maison pastorale

 

 

Haut

 

Les galeries ou soulerets

Ces structures de bois se composent d’un assemblage de poteaux et de plateaux accessibles par une échelle extérieure. Elles établissent un alignement avec la façade en avant de la partie habitation et sont abritées par l’avancée de toiture supportée par des consoles ou les poteaux de la galerie.

 

  Illustration 36. Différents types de soulerets

 

 

Elles sont construites le long du mur gouttereau orienté vers la rue, à l’avant des travées agricoles. Les plateaux sont plus hauts à l’avant de la porte de grange, de façon à ménager le passage des charrettes de foin.

Les galeries sont facilement accessibles, à l’abri de la pluie et de la neige et constituent une bonne isolation en façade. Ce dispositif permet de stocker les réserves de bois de chauffage, le long de la façade.

 

            

Illustrations 37, 38.                                          

 

 

La base des poteaux repose sur des pierres plates ou semi-circulaires qui les protègent de l’humidité et ont une fonction de chasse-roue (Illustration 39).

Le parement se compose de planches de bois posées verticalement, ajourées ou jointives (Illustration 40).

 

          

Illustrations 39, 40.

 

 

Ponts et levées de grange

Ils sont conçus pour accéder au niveau de grange situé à mi-hauteur de façon à réduire les manipulations des récoltes. Cette disposition permet d’apporter directement le fourrage au-dessus des étables sans avoir à hisser le contenu de la charrette.

- La levée de grange est constituée de remblais maintenus entre deux murs de soutènement, ce dispositif présente l’inconvénient de maintenir de l’humidité en pied de façade.

 

 

Illustration 41.

 

- Le pont de grange est une construction en forme de voûte en pierre, précédée ou non d’une rampe d’accès. La circulation reste possible au rez-de-chaussée, sous le pont.

 

 

Illustration 42.


Déclinaisons départementales :

39 - Jura
Recherche
Nuage de tags
CULTURECadre de vieCAUECollectivité territorialeConseil aux particuliers
CAUE
© 2013-2018 CAUE Franche-Comté • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias Agence Web