Regards sur l'architecture et l'aménagement en Bourgogne-Franche-Comté 2018
drac caue-39-jura caue-70-haute-saone caue-25-doubs
Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement
 RSS
La typologie du bâti >> L'habitat avant le XXe siècle >> La maison de polyculture >> La ferme bloc à trois travées de volume simple
Imprimet

La ferme bloc à trois travées de volume simple

Cette maison paysanne est la plus répandue en Franche-Comté. Elle se caractérise par trois travées perpendiculaires au mur gouttereau, lisibles en façade par la typologie des ouvertures : la porte et les fenêtres d’habitation, la porte de grange et la porte d’écurie. Le volume, de base rectangulaire, n'est ni évidé, ni agrémenté d'ajouts.

Description :

Toitures

 

La toiture est de type long pan, parfois avec croupe ou demi-croupe, couvre l’ensemble des trois travées, et présente une forte pente : 70 à 100 %, soit 35 à 45°. Ces toitures varient selon les endroits, mais dans la plupart des cas, un village aura toutes les mêmes toitures. La toiture en croupe ou en demi-croupe est favorisée dans les régions où la bise souffle. On présente la croupe ou le pignon à la bise, pour éviter des décollements de toitures. Dans le cas d'un village en bande, la stratégie est reprise à l'échelle urbaine, seules les maisons en bout de rue auront ce dispositif.

 

 

Toiture Long pan    Toiture demi-croupe    Toiture en croupe

 

Selon les régions, les débords de toiture peuvent être nuls ou quasi-nuls en façade (de 0 à 80 centimètres), et encore moins sur les pignons. Lorsqu'il y a débord de toiture, dans le cas d'un long-pan ou d'une demi-croupe, celui-ci se fera le long du mur gouttereau, soit uniquement en façade principale, soit le long des deux façades. Ces débords peuvent être sur console ou sur poteau (voir les schémas ci-après). Parfois, les consoles en bois peuvent êtres sculptées.

 

Avancée sur console    Avancée sur poteau  

 

 

Conversion des angles

 

Dans le cas général, le débord de toiture est le prolongement du toit, il suit la même pente. Mais on peut aussi trouver un coyau, qui est une avancée de toiture en rupture avec la pente, celle-ci y sera moins forte (voir Déclinaisaisons départementales : Jura : la ferme bressane).

 

 

Souvent, l'avancée de toiture ne se fait que sur la partie agricole, marquant une séparation avec la partie habitat en façade (voir texte général, en savoir plus).

 

 

Le matériau de couverture est principalement la tuile, en tout cas de nos jours. Jusqu'au XIXème siècle, on trouvait encore des toits en laves, qui sont des pierres de fine épaisseur, ou en chaume.

 

pdf Cartes d'évolution des couvertures en Franche-Comté

       (source Musée des maisons comtoises, à Nancray, Doubs) 

 

 

On trouve plusieurs types de tuiles. Avant la révolution industrielle, elles étaient fabriquées localement à proximité des gisements d'argile. Les tuiles anciennes sont appelées petites tuiles, car les plus récentes sont de taille plus importantes. Ces tuiles sont complètement plates, en dehors de leur accroche. On trouve aussi un grand nombre de tuiles mécaniques, plus épaisses et ondulées. Il existe aussi des régions où l'on trouve de la tuile canal, pourtant caractéristique du Sud de la France : dans le Sud de la Petite Montagne dans le Jura, et dans le Pays d'Amance en Haute-Saône.

 

pdf Toits pour la Franche-Comté (source DRAE Franche-Comté) 

 

 

Laves    Tuiles canal    Grandes tuiles    Petites tuiles    Tuiles mécaniques    Ecailles de Bourgogne

 

Illustration 20. Quelques couvertures de Franche-Comté : laves (église de Charcier, Jura), tuiles canal (Senaud, Jura), grandes tuiles (Commenailles, Jura), petites tuiles (Le Colombier, Chapelle-Voland, Jura), tuiles mécaniques à losanges (Relans, Jura), écailles de Bourgogne (Commenailles, Jura), photographies de Juillet 2012, CAUE39.

 

 

Epi de faîtageIl n'est pas rare de trouver des épis de faîtage, éléments verticaux en pointe, en terre cuite, et donc de même couleur que les tuiles, posés sur le faîtage, souvent à la noue d'une croupe.

 

 

 

 

 

 

 

 

Illustration 21. L'épi le plus rencontré, lieu-dit de l'Argillois, Commenailles, Bresse Jurassienne, Jura.

 

 

 

Maynal pas de moineauDans le bâti en bande, on peut trouver des "pas-de-moineaux" ou "redents", qui forment une sorte d'escalier sur la toiture. Plusieurs hypothèses expliquent leur présence. Ils se pourraient qu'ils servent à un meilleur accès au toit lors d'une réparation, ou qu'ils servent de mur haut empêchant le feu de passer d'une charpente à l'autre, ou bien les deux à la fois.

 

 

 

 

 

Illustration 22. Maison à pas-de-moineaux, Maynal, Jura.


Déclinaisons départementales :

25 - Doubs
39 - Jura
70 - Haute-Saône
Recherche
Nuage de tags
CULTURECadre de vieConseil aux particuliersCAUECollectivité territoriale
CAUE
© 2013-2018 CAUE Franche-Comté • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias Agence Web