Regards sur l'architecture et l'aménagement en Bourgogne-Franche-Comté 2018
drac caue-39-jura caue-70-haute-saone caue-25-doubs
Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement
 RSS
La typologie du bâti >> L'habitat avant le XXe siècle >> L'habitat artisanal et ouvrier >> L'habitat ouvrier dans le site de production (XVIII-XIXe)
Imprimet

L'habitat ouvrier dans le site de production (XVIII-XIXe)

A partir du XVIIIe - XIXe siècle, le développement significatif des sites de production en manufacture nécessite l’emploi et l’accueil d’un nombre croissant d’ouvriers. Ces sites étant implantés à l’écart des bourgs, les exploitants doivent prendre l’initiative de construire sur place des logements pour leurs employés.

Ces constructions répondent au besoin évident de tenir à proximité du lieu de travail les ouvriers, de manière à ce qu’ils soient dans des conditions optimales de production dans une démarche parfois paternaliste (pas de long trajet le soir et le matin pour regagner son domicile, donc pas de retard et moins de fatigue, une présence sur site constante si nécessaire).

 

Ces logements sont soit des dortoirs intégrés à l’atelier, soit des appartements regroupés dans de petits immeubles.

Les caractéristiques principales de ces logements sont leur regroupement dans des bâtiments indépendants mais toujours sur le site de production, et une composition de plusieurs pièces pouvant accueillir l’ouvrier et sa famille.

Ces logements et leur généralisation constituent une avancée sociale considérable pour l’ouvrier, qui auparavant était logé de manière précaire dans des baraquements ou au sein de l’atelier.

Description :

Matières, textures, couleurs

Les murs sont toujours enduits pour protéger la maçonnerie des intempéries. Traditionnellement, ils sont enduits à la chaux en trois passes. Il peut également se limiter à un enduit de hourdage.

  • Le mortier de chaux servant à la construction du mur peut être appliqué en excès à la pose du moellon et rabattu sur la face de celui-ci. Ce geste peut être traduit comme un souci d’économie du matériau, et il constitue pour certaines constructions leur enduit fini.
  • L’enduit en trois passes est réalisé au printemps et en été pour permettre un temps de séchage entre chaque couche. La première couche est le gobetis, qui est un passage grossier permettant de boucher les vides entre les moellons et de rattraper la planéité du mur. La deuxième couche est le corps de l’enduit, c’est une couche d’accroche. Enfin la dernière couche est la finition, elle permet de donner des variations d’aspect.

 

La texture des enduits peut être lisse ou rugueuse. Différentes techniques de mise en œuvre permettent de réaliser ces effets : le jeté au balai ou à la branche, pour les plus rugueuses; la finition à la taloche pour les plus lisses.

Les couleurs des enduits varient en fonction de la localité dans laquelle se trouve la construction. En effet, les pigments (à la base de la couleur) proviennent de terres ou de pierres spécifiques à un type de sol, par exemple les ocres du Jura. Cependant, le pigment étant onéreux dans les localités n’en disposant pas naturellement, les logements ouvriers restent de la teinte de la chaux et la couleur se limite à des petits éléments de décors.

Les enduits à la chaux sont entretenus régulièrement. Tous les deux ou trois ans, des petites reprises du corps d’enduit doivent être faites, ainsi qu’un badigeonnage.

 

pdf Le point sur les enduits à la chaux

 

Schéma enduit CAUE 39

21. Les couches d’enduits

 

Les protections de façade par des éléments en bois sont peu utilisées, les bâtiments d’exploitation deviennent trop importants et les droits de chazal sont restreints au XVIIIème siècle.

 

Les chainages et encadrements de portes et de fenêtres en pierres de taille, présentent deux tailles :

  • les parties destinées à rester apparentes sont bouchardées finement, les bords peuvent être travaillés au ciseau pour créer une bande lisse,
  • les parties de la pierre de taille destinées à être enduites sont bouchardées plus grossièrement pour permettre à l’enduit d’accrocher.

 


Déclinaisons départementales :

25 - Doubs
39 - Jura
70 - Haute-Saône
Recherche
Nuage de tags
Cadre de vieCULTURECAUEConseil aux particuliersCollectivité territoriale
CAUE
© 2013-2018 CAUE Franche-Comté • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias Agence Web